Le but de la paix de Mikhaïl Gorbatchev

Monde sans guerres : Une initiative pleine de vie

Les origines de l'organisation humaniste «Monde sans guerres et sans violence» (MSGySV) se trouvaient à Moscou, récemment dissoute par l'URSS. là il a vécu Rafael de la Rubia en 1993, son créateur.

L'un des premiers soutiens que l'organisation a reçus a été celui de Mijhail Gorbatchev, dont le décès est annoncé aujourd'hui. Voici nos remerciements et notre reconnaissance pour votre contribution à la compréhension entre les peuples et pour votre engagement en faveur de la réduction des armements et du désarmement mondial. Ici est reproduit le texte que Mijhail Gorbachev a fait pour célébrer la création de MSGySV.

Monde sans guerres : Une initiative pleine de vie[1]

Mikhail Gorbatchev

            Paix ou guerre ? C'est vraiment le dilemme permanent qui a accompagné toute l'histoire de l'humanité.

            A travers les siècles, dans le développement illimité de la littérature, des millions de pages sont consacrées au thème de la paix, à la nécessité vitale de sa défense. Les gens ont toujours compris que, comme le disait George Byron, « la guerre blesse les racines et la couronne ». Mais en même temps les guerres se sont poursuivies sans limite. Lorsque des disputes et des conflits ont surgi, les arguments raisonnables ont cédé la place aux arguments de la force brute, dans la plupart des cas. De plus, les canons du droit élaborés dans le passé et existant jusqu'à des temps pas si lointains considéraient la guerre comme la méthode "légale" de faire de la politique.

            Ce n'est qu'au cours de ce siècle qu'il y a eu quelques changements. Celles-ci ont été plus importantes après l'apparition des armes d'élimination massive, en particulier les armes nucléaires.

            A la fin de la guerre froide, grâce aux efforts communs de l'Est et de l'Ouest, la terrible menace de guerre entre les deux puissances a été écartée. Mais depuis lors, la paix n'a pas régné sur la terre. Les guerres continuent d'éliminer des dizaines, des centaines de milliers de vies humaines. Ils vident, ils ruinent des pays entiers. Ils entretiennent l'instabilité des relations internationales. Ils mettent des obstacles à la résolution de nombreux problèmes du passé qui devraient déjà être résolus et rendent difficile la résolution d'autres problèmes actuels qui sont faciles à résoudre.

            Après avoir compris l'inadmissibilité de la guerre nucléaire - dont nous ne pouvons sous-estimer l'importance, aujourd'hui, nous devons franchir une nouvelle étape d'une importance décisive : c'est une étape vers la compréhension de la non-acceptation de principe des méthodes de guerre comme moyen de résoudre les problèmes existants aujourd'hui ou ceux qui pourraient survenir à l'avenir. Pour que les guerres soient rejetées et définitivement exclues des politiques gouvernementales.

            C'est difficile de faire ce pas nouveau et décisif, c'est très difficile. Car ici, il faut parler, d'une part, de révéler et de neutraliser les intérêts qui produisent les guerres contemporaines et, d'autre part, de dépasser la prédisposition psychologique des gens, et surtout de la classe politique mondiale, à résoudre les situations conflictuelles par la force.

            A mon avis, la campagne mondiale pour un « Monde sans guerres »…. et les actions prévues le temps de la campagne : débats, meetings, manifestations, publications, permettront de révéler publiquement les véritables origines des guerres actuelles, de montrer qu'ils sont totalement opposés aux raisons énoncées et de démontrer que les motifs et les justifications de ces guerres sont fausses. Que les guerres auraient pu être évitées s'ils avaient été persévérants et patients dans la recherche de moyens pacifiques pour surmonter les problèmes, sans ménager leurs efforts.

            Dans les conflits contemporains, les guerres ont pour base essentielle des contradictions nationales, ethniques et parfois même des discussions tribales. A cela s'ajoute souvent le facteur des conflits religieux. De plus, il y a des guerres pour des territoires contestés et des sources de ressources naturelles. Dans tous les cas, sans aucun doute, les conflits pourraient être résolus par des méthodes politiques.

            Je suis sûr que la campagne pour un "Monde sans guerres" et son programme d'actions permettront d'ajouter un grand nombre de forces de l'opinion publique au processus d'extinction des foyers de guerre encore existants.

            Ainsi, le rôle de la société, notamment des médecins, des scientifiques nucléaires, des biologistes, des physiciens, consistera non seulement à faire comprendre à l'humanité l'inadmissibilité de la guerre nucléaire, mais aussi à mener des actions qui éloignent cette menace de nous tous, dit-on : le potentiel de la diplomatie populaire est énorme. Et non seulement il n'a pas fini, mais il est encore largement inexploité.

            Il est important, il est très important de créer les conditions pour éviter l'installation de foyers de guerre à l'avenir. Les institutions intergouvernementales existantes ne sont pas encore en mesure d'y parvenir, malgré certaines mesures (je prends en compte l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, d'autres organisations religieuses, et bien sûr l'ONU, etc.).

            Il est clair que cette tâche n'est pas facile. Car, dans une certaine mesure, sa résolution nécessite le renouvellement de la politique dans la vie interne des peuples et des gouvernements, ainsi que des changements dans les relations entre les pays.

            Selon moi, la campagne pour un monde sans guerres est une campagne mondiale de dialogue, à l'intérieur et à l'extérieur de chaque pays, sur les barrières qui les séparent ; un dialogue basé sur la tolérance et fondé sur les principes de respect mutuel ; d'un dialogue capable de contribuer à l'évolution des formes politiques afin de consolider de nouvelles méthodes politiques véritablement pacifiques de résolution des problèmes existants.

            Dans l'avion intérêts politiques, une telle campagne est capable de créer des initiatives intéressantes visant à établir une compréhension commune pour la consolidation d'une conscience pacifique. Cela ne peut manquer d'être un facteur d'influence dans la politique officielle.

            Dans l'avion moral, la campagne pour un "Monde sans guerres" peut contribuer à renforcer le sentiment de rejet de la violence, de la guerre, en tant qu'instruments politiques, pour parvenir à une compréhension plus profonde de la valeur de la vie. Le droit à la vie est le droit principal de l'être humain.

            Dans l'avion psychologique, cette campagne contribuera à dépasser les traditions négatives héritées du passé, en renforçant la solidarité humaine…

            Il est clair qu'il serait important que tous les États, tous les gouvernements, les politiciens de tous les pays comprennent et soutiennent l'initiative pour un "Monde sans guerres", afin d'assurer un début pacifique au XXIe siècle. C'est à eux que j'adresse mon appel.

            "L'avenir appartient au livre, pas à l'épée"- a dit un jour le grand humaniste Victor Hugo. Je crois que ce sera le cas. Mais pour hâter l'approche d'un tel avenir, des idées, des paroles et des actes sont nécessaires. La campagne pour un "Monde sans guerres" en est un exemple, au plus haut degré d'action noble.


[1] Il s'agit d'un extrait du document original « Une initiative pleine de vie » rédigé par Mikhail Gorbatchev à Moscou en mars 1996 pour la campagne "Monde sans guerres".

À propos de l'image d'en-tête : 11/19/1985 Le président Reagan saluant Mikhaïl Gorbatchev à la Villa Fleur d'Eau lors de leur première rencontre au Sommet de Genève (Image tirée de es.m.wikipedia.org)

Nous apprécions de pouvoir inclure cet article sur notre site Web, initialement publié sous le titre Monde sans guerres : Une initiative pleine de vie à l'Agence de Presse Internationale PRESSENZA par Rafael de la Rubia à l'occasion de la mort de Mikhaïl Gorbatchev.

Laisser un commentaire