Troisième anniversaire du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires !

22 janvier 2021, entrée en vigueur du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires. Comment célébrer son troisième anniversaire alors que de plus en plus d’États continuent de le ratifier et que nous en sommes déjà à la deuxième rencontre/confrontation entre eux ? Pendant ce temps, je reçois un message de Luigi F. Bona, directeur de Wow, le musée de la bande dessinée de Milan : « Nous l'avons fait… nous avons fait l'exposition sur « La Bombe ». La première fois que j’en ai entendu parler, c’était alors que, en tant que Monde sans Guerres ni Violence, nous préparions le Cyberfestival 2021 précisément pour célébrer le TPAN.

Depuis 1945, la bombe atomique a elle aussi fait son entrée triomphale dans notre imaginaire. D'innombrables œuvres, de la bande dessinée au cinéma, ont décrit ce qui pourrait arriver en cas de conflit nucléaire, nous ont plongés dans un futur dans lequel l'énergie atomique pourrait améliorer la vie de chacun, ou encore ont révélé les tenants et les aboutissants des événements fondamentaux du siècle dernier. L'exposition "La Bombe" nous raconte le phénomène atomique à travers le monde fantastique de la bande dessinée et de l'imagerie, présentant des planches originales, des affiches de cinéma, des magazines et journaux de l'époque, des vidéos et des objets symboliques. "L'objectif de l'événement", a souligné Bona, "est de provoquer une réflexion sur la bombe, qui revient périodiquement dans l'actualité comme une menace mortelle, sur la fonction de la science et sur le pouvoir de séduction de l'horreur et de la destruction".

Après la visite, une agréable matinée a été organisée pour célébrer un anniversaire aussi important. Nous avons participé à une école primaire d'environ 70 garçons et filles en quatrième et cinquième année. Premier arrêt, le kako de Nagasaki dans le parc Galli. Entouré d'un grand cercle, nous racontons l'histoire de cet Hibakujumoku, fils du spécimen ayant survécu à l'attaque atomique de 1945. Alors qu'ils fréquentaient l'un des ateliers écologiques organisés dans le cadre du programme de réinsertion sociale, certains enfants du quartier avaient entendu à propos de l'Arbre de la Paix de Nagasaki. Ils avaient exprimé leur souhait d'en avoir une copie dans le jardin de l'immeuble une fois les travaux terminés. Malheureusement, pour diverses raisons, c'était très loin. Il a alors été décidé de s’engager dans une voie plus complexe, mais aussi plus engagée. Par l'intermédiaire du comité des locataires, une tentative a été faite pour en adopter une copie. I. Depuis octobre 2015, le kaki pousse à l'intérieur du parc.

Deuxième arrêt, avec les élèves de cinquième année, nous sommes allés au Musée du Fumetto, où nous attendait Chiara Bazzoli, auteur de "C'è un albero in Giappone", illustré par AntonGionata Ferrari (édité par Sonda). Les garçons et les filles étaient répartis en deux groupes, l'un visitant l'exposition, l'autre écoutant l'auteur. Une brève introduction à Un monde sans guerres ni violence rappelle comment le projet Kaki Tree est devenu connu. Lors de la première Marche mondiale pour la paix et la non-violence (2/10/2009-2/1/2010), lors d'un voyage dans la région de Brescia, nous avons appris qu'un spécimen poussait depuis des années au Musée de Santa Giulia. De là, bien d’autres suivirent en Italie. Chiara a commencé à raconter l'histoire inspirée du kaki de Nagasaki. La vie d'une famille japonaise tournait autour du kaki qui poussait dans le petit jardin de leur maison. La chute de la bombe atomique a apporté la mort et la destruction pour tout le monde. Le kaki survivant raconte aux enfants la guerre et l'amour, la mort et la renaissance.

Un autre événement dédié à l'anniversaire du TPNW était « Paix et désarmement nucléaire. Une histoire vraie dont vous êtes le super-héros", avec Alessio Indraccolo (Senzatomica) et Francesco Vignarca (Réseau italien pour la paix et le désarmement). Tous deux ont souligné que c'est précisément grâce à l'engagement des citoyens ordinaires que des étapes historiques ont été franchies dans l'interdiction des armes nucléaires. Un traité qui semblait une utopie est devenu réalité. Comme la Marche mondiale pour la paix et la non-violence. Croyant en cela, la première édition a eu lieu. Dix ans plus tard, la deuxième a eu lieu et maintenant nous nous dirigeons vers la troisième, dans laquelle l'Italie est impliquée depuis plus d'un an, malgré l'épilogue d'il y a quatre ans, lorsque tout était préparé et que l'apparition du Covid a tout compromis.

Avec le Museo del Fumetto, comme la Marche mondiale pour la paix et la non-violence, nous étudions plusieurs initiatives, dont une exposition de bandes dessinées consacrée à la non-violence.


Editeur : Tiziana Volta

Laisser un commentaire