Manifeste

Manifeste de la marche mondiale

Dix ans après le Première Marche mondiale pour la paix et la non-violence, les raisons qui la motivaient, loin d’être réduites, ont été renforcées. Nous vivons dans un monde où l'unilatéralisme autoritaire se développe. Le rôle fondamental des Nations Unies dans la résolution des conflits internationaux perd de la vigueur. Un monde qui saigne dans des dizaines de guerres, la plupart du temps réduits au silence par la désinformation. Les crises écologiques que le Club de rome il y a un demi-siècle Avec des millions de migrants, de réfugiés et de personnes déplacées pour l'environnement, contraints de défier des frontières pleines d'injustice et de mort. Où il est destiné à justifier les guerres et les massacres pour des conflits de ressources de plus en plus rares. Où le choc des "plaques géopolitiques" entre les puissances dominantes et émergentes soulève de nouvelles et dangereuses tensions. Un monde dans lequel l'avidité des plus riches en faillite, même dans les pays développés, n'attend que de la société de protection sociale. Les vagues d'indignation générées finissent par manipuler et générer des mouvements alarmants de rejet et de xénophobie à l'encontre des réfugiés et des immigrants. En résumé, un monde dans lequel la justification de la violence, au nom de la "sécurité", augmente le risque d'escalade militaire de proportions incontrôlables.

El Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, depuis 1970 , loin d’ouvrir la voie au désarmement nucléaire, il a consolidé la
pouvoir de destruction massive, élargissant même le premier club de la mort mondial avec des arsenaux nucléaires maintenant entre les mains des États-Unis, de la Russie, de la Chine, du Royaume-Uni, de la France, d'Israël, de l'Inde, du Pakistan et de la République de Corée. Tout cela explique pourquoi le Comité des scientifiques atomiques place l’indice actuel (Doomsday Clock) comme le plus grand risque global vécu de la Crise des missiles de Cuba en 1962.

aujourd'hui, 2ª Marche mondiale pour la paix et la non-violence, est plus nécessaire que jamais. Il est prévu de quitter Madrid en octobre 2 de 2019 pour appeler tous les continents, jusqu’en mars 8 du 2020 qui se terminera à Madrid. Elle promouvra l’éducation à la non-violence et fédérera les mouvements qui dans le monde entier défendent et promeuvent
démocratie, justice sociale et environnementale, égalité des sexes, solidarité entre les peuples et durabilité de la vie sur la planète. Une marche qui cherche à rendre visible et à responsabiliser ces mouvements, communautés et organisations, dans une convergence mondiale des efforts vers les objectifs suivants: