La Marche mondiale arrive à Trieste

Après avoir traversé Koper-Capodistria, le 26 février, la 2e Marche mondiale pour la paix et la non-violence est enfin arrivée en Italie

Après avoir traversé la ville de Koper-Capodistria, en Slovénie, le 26 février, la deuxième Marche mondiale pour la paix et la non-violence arrive enfin en Italie.

Le programme du passage de la Marche dans la région de Trieste a été considérablement réduit en raison des ordres émis pour l'urgence du coronavirus: comme à Umag (Croatie) et Piran (Slovénie) il n'a pas été possible de rencontrer les écoliers de Muggia et Trieste (il 500 enfants attendaient dans l'Aula Magna de l'Université de Trieste) et une conférence publique a été annulée au cours de laquelle le désarmement nucléaire et les options éthiques pour la paix seraient discutés.

Tard dans la matinée, l'équipe de base a été reçue en privé au conseil municipal de Muggia par la maire de Muggia Laura Marzi, puis la délégation a déménagé dans la ville de Dolina-San Dorligo della Valle où elle a été reçue (à nouveau en privé). ) par le ministre de l'Environnement, du Territoire, de l'Urbanisme et des Transports Davide Þtokovac.

Puis le groupe a déménagé au parc San Giovanni (ancien hôpital psychiatrique, alors ouvert à la ville) où, lors d'une cérémonie privée devant le kako de Nagasaki, Alessandro Capuzzo, du comité d'organisation local, a rappelé la figure du psychiatre non violent Franco Basaglia avec le soutien de l'interprète Ada Scrignari.

Étaient également présents Roberto Mezzina, ancien directeur du Département de santé mentale de Trieste et les deux acteurs Pavel Berdon et Giordano Vascotto de l '«Accademia della Follia».

Le deuxième, en particulier, a raconté son expérience lorsqu'il a été retrouvé enfermé dans un hôpital psychiatrique étant enfant, avant la réforme Basaglia, une réforme qui lui a permis d'avoir une vie normale et de trouver un emploi en dehors de l'ancien hôpital.

Ensuite, la délégation s'est rendue au centre de Trieste pour visiter les «lieux de mémoire» où se trouvent des plaques commémoratives individuelles qui rappellent les horreurs commises par les nazis-fascistes et sur la place Oberdan un monument qui commémore deux «petits amis» tués Pour les nazis.

En plusieurs endroits, les «marchands» ont laissé des couronnes et des bouquets.

La journée s'est terminée par une rencontre avec les amis de Trieste de la 2e Marche mondiale où le promoteur de la Marche, Rafael de la Rubia, a partagé son expérience des pays visités.

Au final, le "Comité Danilo Dolci pour la paix, la coexistence et la solidarité" a voulu rendre hommage aux 5 manifestants avec les drapeaux de la paix bilingues italien et slovène avant de partir pour la prochaine étape: Fiumicello-Villa Vicentina, une ville 50 km de Trieste.


Écriture et photographie: Davide Bertok
5/5 (Examen 1)

Laisser un commentaire