La mars développe son agenda au Mexique

La Marche mondiale développe son agenda à Mexico: Mexico, San Cristobal et Guadalajara entre le 8 et le 15 de novembre

Dix ans après la première édition, la 2ª Marche mondiale pour la paix et la non-violence, qui a quitté Madrid en octobre 2, Journée mondiale de la non-violence, et le 8 de mars de 2020 se terminera également à Madrid, Journée mondiale de la femme, développe son agenda au Mexique entre les jours 8 et 15 de novembre.

Dans les pays proches de 80 traversés et traversés par la marche, il est prévu de donner une visibilité et une visibilité aux mouvements sociaux de chaque lieu dans leurs luttes locales ou régionales, tandis que des réunions sont organisées avec les autorités pour demander des politiques publiques permettant de développer les points suivants: Objectifs de mars:

  • Promouvoir une refonte de Nations unies réaliser son objectif fondamental qui n’est autre que d’écarter la guerre comme moyen de résoudre les conflits.
    Proposer dans ce cadre la refonte de la création de deux nouveaux conseils de sécurité, l'un sur la sécurité socio-économique et d'autres sur la protection de l'environnement.
  • Promouvoir la signature et la ratification du Traité d'interdiction des armes nucléaires des Nations Unies (TPAN)
  • Déclarer la situation d'urgence climatique avec les mesures appropriées dans chaque pays
  • Promouvoir la sensibilisation et l'éducation à la paix, la non-violence
  • Promouvoir le respect effectif des droits de l'homme dans chaque pays
  • Promouvoir la réduction progressive des arsenaux conventionnels et le contrôle efficace des armes
  • Combattre toutes les formes de discrimination par classe sociale, nationalité, race, religion, choix sexuel, sexe ou toute autre cause.

La marche se déroule sur la base d’une équipe de base formée de membres de 15 qui se soulagent le long de l’itinéraire central pendant les cinq mois de l’initiative. Parallèlement, d’autres équipes développent d’autres itinéraires et initiatives en parallèle.

Au Mexique, l'agenda de la Marche mondiale se déroule à Mexico, Guadalajara et San Cristobal de las Casas. À Mexico, la réunion prévue au ministère des Affaires étrangères avait déjà eu lieu avec Mme Martha Delgado, au cours de laquelle les objectifs et les préoccupations de la Marche étaient partagés avec les demandes correspondantes du gouvernement mexicain.

À Guadalajara et à San Cristóbal, il existe plusieurs forums et réunions avec le mouvement des mères à la recherche de leurs fils et filles disparus, avec des mouvements écologistes et avec les communautés touchées par les conflits liés à l'eau, à Jalisco et au Chiapas.

Reconnaissance du leadership mondial du Mexique en matière de désarmement nucléaire, avec le pionnier du Traité de Tlatelolco

Lors de la réunion du ministère des Affaires étrangères avec Mme Martha Delgado, la Marche mondiale a reconnu la tradition d'indépendance de sa politique étrangère, maintenue par le Mexique, qui l'a conduit à exercer un leadership mondial en matière de désarmement nucléaire, avec le pionnier Traité de Tlatelolco, et son rôle exceptionnel dans l’élaboration, la signature et la ratification de la Traité sur l'interdiction des armes nucléaires qui favorise actuellement Nations unies.

D'autre part, étant donné que le Mexique fera partie de la Conseil de sécurité, il a été demandé au ministère des Affaires étrangères d’exercer l’importante influence dont il dispose et qu’il aura avant tout, de la part dudit Conseil, à soutenir les efforts en cours en faveur d’une réforme en profondeur de l’ONU.

Réforme qui devrait mettre fin au privilège de veto des principales puissances; qu'il devrait renforcer ses capacités d'éradication de la guerre comme moyen de faire face aux conflits internationaux; et qu’il devrait adopter une nouvelle approche de sécurité liée au respect effectif des droits de l’homme, à la garantie de la santé, de l’alimentation et de l’éducation de tous les habitants de la planète et à des mesures efficaces face à l’urgence climatique mondiale à laquelle il faut remédier.

D'autre part, de la Marche mondiale Nous recueillons et partageons la douleur, l'indignation et les revendications des victimes de la violence, en accord avec la profonde préoccupation qui existe au niveau international face au manque de contrôle du commerce des armes et à la violence en vigueur au Mexique depuis des décennies, avec des taux alarmants de discrimination. l'impunité des homicides et en particulier des féminicides.

Nous osons évoquer la nécessité d'un grand pacte national mexicain pour la non-violence

En ce sens, cueillir le cri des mères à la recherche de leurs filles et fils disparus et d’autres groupes sociaux, avec qui Mars organise des réunions, nous osons évoquer la nécessité d’un Grand pacte national mexicain pour la non-violence, avec une implication centrale des jeunes, des pères, des mères et de la communauté éducative; un pacte national qui devrait, à notre avis, être l’un des plus grands défis à relever, tant de la société civile que du gouvernement du Mexique.

Enfin, conformément aux exigences des mouvements environnementaux et sociaux des fleuves, avec lesquels la Mars Il a mis en place une série de réunions de travail. Nous accueillons avec beaucoup d'espoir la proposition de dialogue que l'Administration est en train d'ouvrir aux groupes et aux communautés touchés par les conflits liés à l'eau au Mexique.

Ce dialogue devrait permettre de garantir l'accès à l'eau potable en tant que droit de l'homme effectif pour l'ensemble de la population et non en tant qu'entreprise privée pour quelques-uns. et d'autre part, les rivières et les aquifères peuvent être récupérés, en tant que sources de vie et non de maladies et de décès, en promouvant un véritable traité de paix avec les rivières et les villages riverains.


Ecriture et photographies: équipe de base au Mexique

5/5 (3 avis)

1 commentaire sur “La Marche développe son agenda au Mexique”

Laisser un commentaire