Manifestations contre la violence sexiste

Le 25/11, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, des militantes de la Marche mondiale ont participé aux manifestations de San José et Santa Cruz, Costa Rica.

À San José, une partie de la délégation de la Marche mondiale pour la paix et la non-violence a participé à la grande manifestation de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes (novembre 25).

La manifestation était massive et pleine d'énergie, d'indignation, de dénonciation et de la demande d'une société radicalement non violente.

Des milliers de jeunes et moins de jeunes, des dizaines d'organisations, des zones rurales et de la capitale, des groupes de divertissement de rue, de la musique et des tambours.

Il y avait des ministres et certains ministres, des représentants des institutions, nos amis de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (LIMPAL-WILPF) et un monde sans guerres et sans violence (MSGySV).

Les organisateurs ont donné la parole à Montserrat Prieto

À la fin, les organisateurs ont donné la parole à Montserrat Prieto, qui a réaffirmé l'engagement de la Marche mondiale en faveur des droits des femmes et renforcé son engagement à organiser des manifestations, avec le ton festif qui les caractérise, lors de la prochaine marche 8. 2020 dans toutes les villes où il passera sur son parcours.

Une marche dans les rues de la ville a également eu lieu à Santa Cruz de Guanacaste, avec des manifestations contre la violence à l'égard des femmes, à laquelle la Marche mondiale a participé en rejoignant ce grand mouvement. Cette marche s'est terminée au Centre civique pour la paix de Santa Cruz, où les organisateurs ont également organisé une réception officielle avec une autre partie de l’équipe de base internationale de la 2ª MM.

En compagnie du maire de la municipalité, en tant que représentants du Réseau contre la violence domestique, de nombreuses organisations et un grand nombre de participants, dont beaucoup sont des voisins du canton qui y ont marché.

Les jeunes femmes du Réseau contre VIF ont utilisé l'art comme forme d'expression

Les jeunes femmes de différents programmes développés par le Réseau contre le VIF ont utilisé l’art comme une forme d’expression du rejet d’un système violent que les nouvelles générations ont décidé de transformer en y instaurant la culture de la non-violence.

La vice-doyenne du siège de l’Université nationale de Chororega, Doriam Chavarría, a assisté à la marche et aux manifestations culturelles. Celles-ci, comme l’administration du centre civique du PCC, ont organisé simultanément la 8 du mois de mars afin de célébrer la Journée internationale de la femme et la conclusion du 2MM une fois qu’il a parcouru la planète.

Enfin, ils ont diverti tout le monde avec un délicieux déjeuner populaire.

Ainsi, dans une Amérique centrale tourmentée par des violences de toutes sortes et très particulièrement par des violences sexistes, nous assistons dans différents pays à un mouvement de non-violence du féminisme qui ouvre la perspective d'une nouvelle situation des femmes en Amérique latine.


Rédaction: Pedro Arrojo et Geovanni Blanco
Photographies: Montserrat Prieto et Geovanni Blanco

Nous apprécions le soutien avec la diffusion du Web et des réseaux sociaux de la marche mondiale 2.

Web: https://www.theworldmarch.org
Facebook: https://www.facebook.com/WorldMarch
Twitter https://twitter.com/worldmarch
instagram: https://www.instagram.com/world.march/
Youtube: https://www.youtube.com/user/TheWorldMarch
5/5 (Examen 1)

Laisser un commentaire