Forum international pour la paix et la non-violence

En octobre 27 et 28, un forum s'est tenu au Costa Rica avec pour devise «LE GRAND TOUR DE L'HUMANITÉ EST ENTRE NOS MAINS»

Dans le Edicoop Cooperative Building San Pedro Montes de Oca a lancé un forum sous la devise «LE GRAND TOUR DE L'HUMANITÉ EST ENTRE NOS MAINS»Qui a réuni des personnes et des organisations autour des questions détaillées ci-dessous.

L'événement a été inauguré par les marcheurs internationaux de la Marche mondiale Pedro Arrojo, Sandro Ciani, Juan Gómez et Rafael de la Rubia qui ont fritté leur itinéraire à travers les pays 16, les villes 54 et des dizaines d'activités lors des journées de voyage 57.

Ils se sont distingués parmi les thèmes centraux de la Marche mondiale, le problème de la violence à l'égard des femmes, les inégalités économiques et les problèmes environnementaux (pollution, manque de qualité de l'eau et changement climatique).

Une première marche latino-américaine pour le 2021 a également été proposée.

La matinée s'est terminée par quelques pièces musicales de l'auteure-compositrice-interprète de consolidation de la paix Santi Montoya très célébrées par les candidats.

Du néolibéralisme, vers une économie humaniste

En début d'après-midi, la conversation a eu lieu: «Du néolibéralisme, vers une économie humaniste, solidaire, solidaire, coopérative et non violente ».

Il était en charge de Dulce Umanzor, Jose Rafael Quesada, Gustavo Fernández, Rafael López et Eva Carazo, tous du Costa Rica qui ont donné une vision critique du modèle économique néolibéral que le Costa Rica a abordé sans répondre efficacement à tous les secteurs de la Ville.

Face à la violence économique actuelle, les alternatives de développement ont été exposées à des formes d'organisation communautaire, avec le soutien de réseaux interdisciplinaires ou de coopératives plus formelles, mais qui, par leur nature, favorisent la répartition des richesses plutôt que la concentration du capital en moins de mains, ainsi que l'économie informelle, créative et solidaire qui a historiquement existé dans l'humanité.

Ils ont ouvert des propositions pour avancer dans chacun de ces domaines, pariant sur l'approfondissement et le renforcement du rôle que le Costa Rica a joué en tant que pays d'avant-garde dans les droits de l'homme, l'inclusion de secteurs discriminés, la solidarité, la paix et les politiques éducatives dans la région.

Les présentations ont été faites avec des exemples concrets faits et lancés au Costa Rica, mais chaque proposition présentée pourrait être parfaitement appliquée à n'importe quel endroit en Amérique latine, donc elles sont livrées dans le cadre des énonciations de ce Forum et de cette marche mondiale 2, à défaut Donnez votre contribution à la lutte contre la pauvreté, la discrimination et l'exclusion de vastes couches de la population de notre région.

Rafael López

Il a abordé la question des expériences des tables de dialogue social communautaire en tant que bâtisseurs du développement local, vers une culture de paix et de non-violence active.

Analyser d'abord la crise actuelle du mouvement communautaire et les causes possibles d'une faible participation citoyenne et surtout des nouvelles générations.

Ensuite, il a proposé une vision et une méthodologie du travail communautaire, à travers les tables de dialogue, dans lesquelles la participation articulée, horizontale et solidaire des voisins, des dirigeants communautaires, des responsables des institutions, des entreprises, de la gestion des universités locales, ainsi que des organisations civiles et Religieux selon les expériences réelles enregistrées par l'UNED.

Il conclut en exhortant à renforcer l'action communautaire à travers l'approche méthodologique des réseaux sociaux, proposée par les tables de dialogue, en essayant de construire des objectifs et des activités partagées, guidées par l'action-réflexion-action. Influencer activement le développement local conjoint.

Gustavo Fernández

Il présente son article «Le modèle coopératif pour créer une culture de paix".

Indiquer comment le modèle coopératif est inspiré par des principes et des valeurs humanistes, car il s'agit d'une forme d'organisation démocratique qui promeut la paix sociale et le travail en commun, constituant une entreprise à but non lucratif, où la richesse doit être répartie entre ses associés et non concentré comme dans le modèle capitaliste.

Il a expliqué comment actuellement dans l'économie deux secteurs sont clairement identifiés, le secteur public et le secteur privé.

Cependant, il existe un Tiers Secteur composé d'associations, ce secteur ainsi que les deux autres mentionnés peuvent être liés pour donner naissance à une économie sociale et solidaire, où sont implantées des coopératives à base associative.

Au Costa Rica, les coopératives sont à l'origine du développement économique et de la mobilisation sociale. Il existe près des coopératives 900 et des associés 887000, contribuant ainsi grandement à la paix sociale.

Sweet Umanzor

Avec sa présentation: « La non-violence comme outil pour l'égalité des chances des femmes dans le coopérativisme», Il élargit et renforce l'importance du coopérativisme au Costa Rica, en tant que manière différente de faire des affaires.

Cependant, selon Umanzor, les femmes ont été victimes de discrimination dans le mouvement coopératif.

Il est donc essentiel de donner la pleine participation des femmes à l'adhésion et à la gestion des structures coopératives dans un pourcentage d'au moins 50%.

Comme indiqué, les postes de direction dans le dôme coopératif sont occupés par des hommes à 77%.

Au 2011, le comité national pour l'égalité des sexes dans le coopérativisme a présenté un projet de loi pour réglementer cette participation, mais il n'a pas été approuvé.

Il y a un nouveau projet de loi qui sera convoqué très prochainement, il faut assumer dans la loi coopérative, un ensemble de mandats juridiques internationaux que notre pays a acquis pour éviter tous les types de discrimination à l'égard des femmes, afin que les femmes coopératives exhortent tous les citoyens à mettre en œuvre des plans concrets d'égalité ont conclu Mme Dulce Umanzor.

Eva Carazo

Poursuivant la conversation, il nous expose sur l'économie sociale et solidaire, en tant que pratique culturelle de l'être humain qui a existé historiquement et qui place les gens, leur travail et leur bien-être commun comme un centre, et non pas comme dans le néolibéralisme qui se concentre sur l'avantage en capital individuel, égoïste et cumulatif.

Il souligne également que le néolibéralisme produit plusieurs types de violence en générant l'exclusion de secteurs, par exemple celui des femmes victimes de violence de genre.

Un autre est la violence environnementale due à l'exploitation aveugle des ressources naturelles, par exemple l'impact sur l'environnement, grâce à l'utilisation de produits agrochimiques, qui se produit dans la production d'ananas au Costa Rica.

Ainsi que la violence culturelle, normalisant les pratiques de consommation sans restriction et l'individualisme, imposant des rôles et générant des inégalités envers les femmes dans le traitement et l'évaluation de leur travail par rapport à celui des hommes.

Il existe des alternatives collectives, créatives et solidaires, certaines sans être légalement enregistrées, beaucoup informelles mais articulées avec des formes d'organisation horizontales, où tout le travail est reconnu et les besoins sont satisfaits de manière durable avec l'environnement et avec des valeurs, des principes et des pratiques qui offrent des alternatives de développement du pays et qui devrait être renforcé, à travers des cours d'économie solidaire, destinés aux filières paysannes, écologistes, femmes, etc.

En outre, des réunions, des foires, la génération de plates-formes pour les économies alternatives et la promotion de la solidarité lors de la consommation, conclut Carazo.

José Rafael Quesada, termine la conversation

Avec le dilemme du local, il expose les problèmes rencontrés par un gouvernement local pour générer de l'économie sur un territoire donné.

D'une part, il y a la banque mondiale avec ses politiques pour décourager les petites entreprises en l'oppressant, pour stimuler et maintenir la concentration entre moins de mains de gros capitaux.

De l'autre, nous trouvons le contexte productif national et le contexte de crise institutionnelle, de bureaucratie et de politiques gouvernementales qui réduisent les ressources disponibles.

Nous rencontrons également la génération de la pauvreté dans un système où le chômage augmente et où la technologie n'est pas au service des êtres humains.

C'est pourquoi, comme Don José nous le dit, une approche humaniste de l'économie doit être donnée, où l'être humain est la valeur centrale et le travail prend en compte les aspects sociaux, économiques et environnementaux de manière équilibrée, afin que nous ayons vraiment un développement durable.

Il partage également des expériences en microéconomie qui ont apporté des solutions concrètes à travers la recherche, l'innovation et le développement d'idées pour générer de nouvelles entreprises, telles que l'industrie apicole, l'industrie Chumico, l'industrie Pithaya, entre autres.

Enfin, il nous laisse une autre solution possible en contrepartie du modèle néolibéral, à savoir le revenu de base universel, qui est un revenu périodique versé par l'État à chaque citoyen appartenant à cette communauté en tant que droit de citoyenneté, sans aucune condition.

Propositions pour la construction de la paix et du progrès social

Le Forum s'est poursuivi avec la conversation: «Propositions pour la construction de la paix et du progrès social en Amérique latine. La Refondation ONU nécessaire. Le rôle de l'OEA et des armées au XXIe siècle ».

Dans ce tableau, nous avons la participation de MM. Trino Barrantes Araya (Costa Rica), Francisco Cordero Gené (Costa Rica), Rafael de la Rubia (Espagne) et Juan Gómez (Chili).

Trino Barrantes

Il nous montre comment l'OEA, depuis sa création, est devenue un défenseur des intérêts géopolitiques, stratégiques et militaires des États-Unis, mais il faudrait réajuster ses objectifs pour qu'elle soit vraiment une organisation internationale en faveur de la paix, de la non-violence et de la démocratie et fonctionner comme une barrière contre les gouvernements despotiques, tyranniques ou fascistes.

Mais cette aspiration est loin d'être satisfaite, car l'OEA a toujours manqué de volonté politique dans la prise de décision et son rôle a été conditionné à la logique du marché néolibéral et au service des intérêts militaires américains. .

Et cela a été démontré dans de multiples conflits au cours desquels l'OEA est restée silencieuse, dans une complicité évidente avec le pays du Nord, a déclaré Barrantes.

Plus tard, il cite plusieurs exemples pour illustrer ce qui a été dit précédemment, des invasions de mercenaires à Cuba à 1961, l'occupation par l'armée américaine contre la République dominicaine à 1965, au silence contre les politiques d'ingérence du groupe LIMA et jusqu'à À la répression brutale contre les civils non armés en Équateur et au Chili, toutes ces inactions et mutations prolongées, nous font penser si l'OEA pourrait être un arbitre objectif et impartial dans l'audit des élections en Bolivie le 10 octobre 20?. Les faits ont montré qu'avant et après le coup d'État contre Evo Morales, l'OEA était du côté des comploteurs du coup d'État, conclut Don Trino.

Francisco Lamb Gené

Avec sa présentation «Contradictions du trafic de drogue et proposition pour parvenir à la paix dans la guerre contre la drogue»Analyse comment l'intelligence des États-Unis profite de la toxicomanie, de l'expansion du marché illégal et du contrôle de l'appareil politique pour légitimer sa présence armée dans les sols et les mers du Costa Rica.

Tout en inversant le processus de démilitarisation au Costa Rica, avec l'excuse de maintenir une guerre qui, comme indiqué, protégée par le rapport mondial sur les drogues du 2018, nous perdons depuis des années, alors que les marchés des substances psychoactives continuent d'augmenter, pour bien qu'il n'ait jamais été autant dépensé qu'aujourd'hui, en armes, en formation et en forces de sécurité spécialisées.

Sans parler de l'accord que le Costa Rica a avec les États-Unis de la «patrouille conjointe», où l'entrée des troupes et des navires de la Garde côtière est autorisée, subordonnant nos actions policières et sapant notre souveraineté, a déclaré M. Lamb.

Enfin, il lance une proposition à la marche mondiale 2 afin que les questions des politiques d'interdiction et de la «guerre contre la drogue» soient inscrites à l'ordre du jour de cette louable initiative internationale, apportant dans sa présentation plusieurs points d'analyse entre autres programmes de prévention et de traitement des toxicomanes, ainsi que la légalisation contrôlée de la drogue avant l'interdiction et la répression des consommateurs.

Juan Gómez

Il nous a parlé du militarisme, de l'armement et de l'environnement.

L'industrie militaire génère d'importantes émissions de gaz à effet de serre, sa production est très polluante affectant l'environnement, les sols et les effluents aqueux.

De plus, les guerres dévastent la flore et la faune du front de combat, laissant la terre inutilisable pendant des décennies, sans parler des déchets explosifs qu'ils laissent sous forme de mines et de bombes, a déclaré Gomez. D'un autre côté, les guerres, en plus de produire de l'instabilité dans la région d'où elles sont originaires, génèrent des migrations massives et entretiennent des tensions internationales.

Ainsi, selon la vision de l'exposant, L'avenir des armées devrait être une institution en phase avec l'environnement, collaborant à la prévention des dommages causés par les catastrophes en planifiant des actions avec les citoyens, en menant des actions de sauvetage et intégrer des actions régionales conjointes. En ce sens, les militaires devraient avoir une formation au service de leur peuple, a conclu Gomez.

Rafael de la Rubia

En référence aux armées, il a souligné un nouveau point de vue, qui fait partie des propositions de la Marche mondiale 2, faisant référence à une conversation qu'il a eue avec un haut général de l'OTAN, qui a collaboré aux activités de World Without Wars, en celui qui disait que la fonction des militaires serait d'empêcher que la guerre existe, de créer les conditions pour que le phénomène de guerre ne se produise pas, ce serait le nouveau paradigme des armées.

Il nous a également parlé de l'incongruité dans le cas de l'Europe, qui est une union européenne, depuis des décennies et pourtant maintient des armées 27, soi-disant pour se défendre mutuellement.

Cela n'a aucun sens aujourd'hui. Il a souligné la proposition de la refondation des Nations Unies proposant deux nouveaux conseils de sécurité: un social (qui élimine la faim et les conditions de vie de base dans le monde) et un autre environnemental (qui surveille les attaques contre la nature et surveille un monde durable).

Le Forum s'est poursuivi un jour de plus

Le Forum s'est poursuivi une journée de plus, le 28 de novembre.

Étant ce jour, l'une des propositions de cette 2ª Marche Mondiale pour ouvrir des espaces de diffusion des thèmes de la non-violence dans toutes ses manifestations, autant aux nouvelles générations, que les centres éducatifs, les universités et la communauté en général. En plus de favoriser la visibilité des actions positives qui sont menées au jour le jour dans nos sociétés.

Nous avons donc commencé avec l'Atelier ouvert au public de «Nouvelle spiritualité et non-violence», par Saul Asejo (Chili), Fernando Ayala (Mexique) et Lorena Delgado (Costa Rica).

Avec une approche des Communautés du Message Silo qui soutiennent la Marche Mondiale 2, il y a une aspiration à construire des espaces non violents basés sur les principes de l'action valable et à travers la spiritualité.

Par la suite, l'Atelier pour les enseignants, qui était à son maximum, "Humaniser l'éducation" avec une méthodologie du courant pédagogique humaniste, a commencé sur le thème des soins personnels, si nécessaire en ces jours de désintégration et d'aliénation qui nous éloignent tant de fois de notre cohérence interne dans la pensée, le sentiment et l'action. Cet atelier a été donné par Emilia Sibaja du Costa Rica.

Plus tard, nous poursuivons la discussion «Visiter des actions positives» par Mercedes Hidalgo et Pablo Murillo du Conseil de la Jeunesse, Rafael Marín du Centre Civique pour la Paix d'Heredia et Juan Carlos Chavarría, de la Fondation Transformation en période de violence .

Rafael Marin

Il nous expose le programme des centres civiques pour la paix, la nature du programme et les acteurs impliqués.

Ainsi que la méthodologie utilisée; la participation de travaux interinstitutionnels pour mettre en œuvre l'art, les sports et les loisirs comme alternative à la prévention de la violence.

Et enfin, il résume les expériences positives tout au long du travail effectué.

Mercedes Hidalgo et Pablo Murillo

Nous présentons les expériences de la mise en œuvre de programmes à travers le Conseil de la Jeunesse, dans deux communautés différentes, Santa Cruz de Guanacaste et Heredia, à travers la promotion de la culture de la paix.

Le travail est conçu en tenant compte des besoins spécifiques de chaque communauté et des programmes axés sur les jeunes à risque social sont développés, cherchant à promouvoir leur participation à la recherche d'opportunités pour améliorer et renforcer leur qualité de vie.

Juan Carlos Chavarría

Il nous expose dès la Fondation qui préside et crée des liens avec des bénévoles dans différentes branches, ils ont réussi à faire une proposition à de nombreuses personnes privées de liberté pour diverses raisons et à des jeunes issus de communautés à haut risque social comme Carpio, pour que Grâce à l'art comme outil de changement social, il est possible de sauver et de transformer les enfants, les jeunes et les enfants privés de liberté dans des environnements difficiles qui les corrompent et conduisent à la violence.

Enfin, le Forum se termine par deux conférences principales, toutes deux prononcées par des spécialistes chacun dans leur domaine, sur deux sujets d'une importance cruciale pour les objectifs de cette Marche mondiale 2:

Dr. Carlos Umaña, représentant ICAN

"Le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires et la possibilité d'une catastrophe planétaire actuelle."

Par le Dr Carlos Umaña, représentant de l'ICAN, lauréat du prix Nobel de la paix 2017.

Il nous a fait un exposé très instructif, rempli de données et de dossiers sur les conséquences de l'utilisation et de la fabrication d'armes nucléaires.

"Dans le monde, 116.000.000.000 XNUMX XNUMX XNUMX $ sont dépensés chaque année en armes nucléaires, ce budget est similaire à celui requis par les ODD pour fournir l'éducation publique, la santé et les aliments de base à l'ensemble de la population planétaire", a déclaré Umaña.

Plus loin, nous décrivons une série d'actions que nous pouvons mener en tant que société civile, pour lutter contre les armes nucléaires (AN).

Par exemple, n'investissez pas dans des banques qui financent des bombes nucléaires. Exigez que votre gouvernement local investisse les fonds publics de manière responsable, en dehors des institutions financières liées à NA

D'un autre côté, les cibles de l'AN sont les villes et elles peuvent faire pression sur les gouvernements centraux pour qu'ils soutiennent le traité d'interdiction des armes nucléaires (TPAN).

Nous devons nous impliquer, le changement dépend de nous, nous devons imaginer un monde possible sans armes nucléaires, a conclu le Dr Umaña.

"Violence environnementale et nouvelle culture de l'eau", Dr. Pedro Arrojo

Et pour clore en beauté:

"Violence environnementale et nouvelle culture de l'eau", par le Dr Pedro Arrojo, adjoint en Espagne pour Podemos, professeur d'université et prix environnemental Goldman dans la catégorie Europe

Le Dr Arrojo a donné un cours éloquent, expliquant d'abord comment la pollution est le véritable problème clé de la crise mondiale de l'eau.

"On dit qu'un milliard de personnes n'ont pas accès à l'eau potable garantie et qu'en conséquence, 1000 10,000 décès sont estimés chaque jour pour cette cause". Nous pouvons identifier les principales causes de cette pollution de l'eau dans l'utilisation des produits agrochimiques, agrochimiques et des métaux lourds, a déclaré Don Pedro.

Cependant, tous les pays peuvent retrouver la santé des écosystèmes, faute de quoi il s'agit d'un problème prioritaire.

La question de l'eau est trop complexe pour être confiée au marché

La question de l'eau est trop complexe dans sa multiplicité fonctionnelle pour la confier au marché.

C'est pourquoi le Dr Arrojo a proposé il y a plusieurs années, comme il l'a indiqué, une catégorisation éthique de l'eau; qui est la suivante:

La vie aquatique: vitale et gratuite en tant que droit humain.

Citoyenneté de l'eau: L'eau à la maison avec les droits et devoirs des citoyens. En tant que service public.

Économie de l'eau: celle nécessaire dans une usine pour produire ou irriguer l'agriculture. Nécessite un tarif différencié.

Criminalité liée à l'eau: eau utilisée pour des activités illégitimes et qui doivent être illégales (par exemple, exploitation à ciel ouvert).

L'importance de l'eau n'est pas son immatérialité physique, mais son utilisation, conclut Don Pedro.

Nous concluons le Forum

Nous avons conclu avec une grande satisfaction cet ambitieux Forum qui voulait couvrir les thèmes centraux de la 2e Marche mondiale, ayant l'intention de collaborer à l'initiation et au renforcement d'initiatives et de relations entre organisations et institutions dans les domaines du développement d'une culture de paix et de non-violence.

Nous espérons que vos conclusions et résolutions pourront être utilisées par cette marche mondiale 2 et adressées à des instances plus grandes, avec des propositions concrètes pour les changements nécessaires dans la direction de ce grand tournant que nous voulons tous pour l'humanité et que ce n'est qu'en travaillant ensemble que nous pourrons atteindre. Le moment est venu de le prendre entre nos mains.


Nous apprécions le soutien avec la diffusion du Web et des réseaux sociaux de la marche mondiale 2.

Web: https://www.theworldmarch.org
Facebook: https://www.facebook.com/WorldMarch
Twitter https://twitter.com/worldmarch
instagram: https://www.instagram.com/world.march/
Youtube: https://www.youtube.com/user/TheWorldMarch
5/5 (Examen 1)

1 commentaire sur “Forum international pour la paix et la non-violence”

Laisser un commentaire