L'équipe de base interviewée à Tucumán

Ce 23 décembre, l'équipe de base de la Marche était à Tucumán, en Argentine, où elle a été interviewée par le GACETA.

Les concessionnaires ont été interrogés par la GACETA de Tucumán, un prestigieux média local.

Dans l'interview, principalement dirigée vers Rafael de la Rubia en tant que représentant mondial de la Marche, où il est arrivé accompagné d'humanistes de Buenos Aires, Salta, Tucumán ...

En plus d'expliquer les détails de la 2ª World March Pour la paix et la non-violence, Rafael de la Rubia a souligné que, bien que la violence soit de plus en plus évidente, à tous les niveaux, non seulement physique, il y a également de plus en plus de preuves que la surmonter c'est possible.

La non-violence est le seul moyen

"Parce que la violence n'est pas seulement physique, mais aussi économique: lorsque les gouvernements n'assurent pas de nourriture à la population et lorsqu'il n'y a pas de répartition équitable des ressources.

Selon la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), l'écart économique se creuse, non seulement entre les pays, mais aussi à l'intérieur de ceux-ci, les riches sont plus riches et les pauvres sont plus pauvres.

En Europe, la classe moyenne est en déclin ».

La non-violence est le seul moyen et la seule force capable d'y mettre fin.

Des signes positifs peuvent être observés: "Il y a 70 ans, il était impensable que l'ONU aborde la question du désarmement nucléaire, et pourtant, il y a environ trois ans, elle le fait déjà à l'initiative du Costa Rica ».

Il faut également qu'il y ait également un Conseil de la sécurité sociale et un autre Conseil de l'environnement au même niveau »pour freiner les multinationales qui détruisent la planète ».


Nous remercions Tucuman GAZETTE L'interview publiée.
0/5 (0 avis)

Laisser un commentaire