Journal de bord, de la terre

Tiziana Volta Cormio, raconte dans ce journal de bord écrit comment le premier itinéraire maritime de la Marche mondiale est né.

Tiziana Volta Cormio, membre de l’équipe de coordination internationale du projet méditerranéen Mar de Paz, nous explique dans ce journal de bord, rédigé sur le terrain, comment est né le premier itinéraire maritime de la Marche mondiale.

C'est ce qui s'est passé: les difficultés, les objectifs atteints, les rencontres, les imprévus ...

La sortie

Notre première marche maritime. Quand, en septembre, j'ai rencontré Lorenza de l'Association La Nave di Carta, nous avions déjà échangé une longue série de courriels pour mener à bien le projet.

Il m'a dit que "tout est différent par mer, fascinant mais différent."

"Bien sûr", pensai-je, mais seulement quinze jours après le départ de Bamboo, j'ai compris, j'ai commencé à comprendre concrètement.

La marche en mer, même pour ceux qui la suivent depuis le sol comme cela m’arrive, est vraiment une expérience unique, en particulier à une époque où nous sommes confrontés jour après jour au changement climatique.

Je me souviens du 27 d'octobre à Gênes, le jour du match. Il faisait chaud, une chaleur tout à fait inhabituelle pour l'époque. L'équipage du bambou a réussi à monter à bord du navire. Pour moi, c'était la première fois, un défi avec moi-même puisque mon équilibre était toujours un peu instable.

Ce fut un plaisir de rencontrer les commandants, l’équipage, les manifestants de la paix en mer. Ensemble, nous réfléchissons à la manière de présenter les expositions qui se dérouleraient d’un port à l’autre; Les flyers, les derniers détails.

Je me suis aussi retrouvé à coudre un oeillet sur le drapeau de la Marche.

Nous n'avions pas pensé que des œillets étaient nécessaires pour hisser le drapeau sur le navire.

Et puis la rencontre avec Maurizio Daccà del Galata qui nous a offert l'amarrage et l'hospitalité devant le musée.

Nous vous remercions de votre hospitalité devant la Galata et en faisant don du livre de la première Marche mondiale pour la paix et la non-violence, nous espérons que ce sera le début d'une collaboration entre nous, où la mer sera comme toujours un grand protagoniste.

Ce sont les heures 17.00. Le navire doit partir plus tôt que prévu. Un changement de temps est à venir, il vaut mieux anticiper. "Salut Bamboo, tout se passe comme nous l'espérons, tu peux être ce messager de l'espoir de la paix, le début de l'union entre nous tous, avec qui que tu sois dans ton voyage à travers la Méditerranée occidentale."

Entre Gênes et Marseille

"Et c’est bien que nous ayons dû anticiper la dureté de la mer" Je pense voir les images et les vidéos qui me parviennent entre Gênes et Marseille. Je suis nerveux et beaucoup.

Je commence à me demander si cela vaut la peine de faire subir aux efforts de ces êtres à bord du bateau. Certainement la paix, un peu de non-violence mais ...

Et puis je reçois des phrases rassurantes, elles me font comprendre que la mer est aussi celle-ci, une confrontation continue où chaque moment peut être tout et tout le contraire, où, des eaux vives, vous voyez un dauphin qui glisse dans un va-et-vient serein .

Je me calme et laisse les bambous atteindre le calme marseillais.

Marseille

C'était la dernière étape que nous avons incluse dans notre itinéraire. Il ne sert à rien de ne pas toucher la France. Tout a été étudié en pensant à la rencontre avec le bateau de la paix à Barcelone.

L'Olympique de Marseille semblait être un pari, car je ne connaissais pas grand chose de la situation locale. Martine, qui m'avait proposé d'aller en Afrique, m'a conseillé de prendre contact avec Marie.

Quand j'ai entendu ça pour la première fois, nous avons dit "nous allons essayer d'organiser ce que nous pouvons" ... Nous n'entendons jamais de chansons sur la paix, alors nous participons. Moments simples mais très ressentis.

C'est l'esprit de notre voyage. Nous ne cherchons pas des moments de «débordement et d’évasion», mais plutôt la base d’un dialogue et d’une confrontation continus.

Barcelone

C'est excitant de voir les images de dessins d'enfants sur la paix du monde entier dans la salle Peace Boat (je m'adresse immédiatement au président de l'association «Les couleurs de la paix» qui me répond avec enthousiasme.

Lorenza et Alessandro continuent de m'envoyer des images, des vidéos pour me tenir constamment au courant, distant mais proche.

L'intersection entre le navire et le navire a été un succès.

Tout a commencé lors d'une conversation avec Rafael en juillet dernier, alors qu'il était à Milan pour la création en Italie de "Le début de la fin des armes nucléaires".

Maintenant, les images du documentaire de Pressenza, Accolade 2019 Award, défilent dans cette salle.

Maintenant le témoignage de Nariko, les photographies de Francesco Foletti qui racontent l'histoire du voyage à travers les arbres de la paix d'Hiroshima et de Nagasaki.

Le fameux glacis: le même jour à New York, nous avons réussi à organiser la projection du même documentaire et de la même exposition vidéo d'arbres ayant survécu aux attaques atomiques du mois d'août de 1945. Distant mais proche.

Il était temps de se réjouir, mais malheureusement, je pensais ailleurs, à la Tunisie et aux prévisions de mauvais temps que je voyais et, à nouveau, à l'angoisse qui m'a attaqué. Que faire?

Il était temps de se réjouir, mais malheureusement, je pensais ailleurs, à la Tunisie et aux prévisions de mauvais temps que je voyais et, à nouveau, à l'angoisse qui m'a attaqué. Que faire? La marche en mer m’apprend à être patiente, à guider mes émotions, mes grandes peurs.

Entre Barcelone et ...

Le commandant Marco m'avait prévenu: il y aura environ 48 heures de silence radio. Les conditions de mer sont complexes, mais ils vont essayer d’atteindre la Tunisie.

J'ai passé deux nuits sans dormir. De temps en temps je cherchais avec l'ipad www.vesselfinder.com... rien Del Bamboo, un seul endroit près de Barcelone ... La mer toujours agitée.

Avec le comité des promoteurs de la deuxième marche mondiale, nous essayons de prendre quelques instants pour coordonner la scène tunisienne. Je me suis souvenu de son premier désir d'accueillir le navire en route vers la Méditerranée.

J'envoie un email et coche "Une possibilité inattendue." A partir de là un signal continu, quand Bamboo réapparaîtrait-il? À un moment donné, chez 4: 10 au petit matin du vendredi 8, j'envoie un email "Ils sont déjà visibles dans le nord-ouest de la Sardaigne", m'a répondu quelqu'un.

Où vont-ils s'arrêter? Je les vois dans le golfe d'Asinara.

Cagliari

Le bambou est arrivé dans les eaux calmes et chaudes de Cagliari samedi 9 en novembre après-midi.

Le commandant, l’équipage, les marcheurs de la paix en mer sont épuisés après presque quatre jours de mer très agitée et très froide.

Il s'est finalement arrêté à un endroit pour se reposer et récupérer.

Une étape inattendue mais joyeuse, ponctuée de moments d’une grande importance mais surtout de la redécouverte de la dimension humaine qui fait tellement défaut.

Cette deuxième Marche mondiale pour la paix et la non-violence est possible car il y a des êtres humains, peu importe ce qu'ils font et quel que soit leur rôle. Il importe qu'ils mettent leur humanité dans la marche.

La Tunisie a été reportée. Nous allons y aller avant la conclusion de la deuxième Marche mondiale (March 8 de 2020). Tous les contacts seront informés, mais entre-temps, ils voient de nouvelles possibilités s'ouvrir avec l'arrêt inattendu au sol Sarda.

Les jours passent, le temps évolue constamment heure après heure, de manière si inhabituelle ou plutôt comme d'habitude pour ce moment de grand passage climatique.

Nous attendons de savoir ce qui va arriver à la nouvelle étape, Palerme. Nous espérons que tout se passe comme prévu.

Les enfants attendent depuis des mois l'arrivée du bateau de la paix reçu à bras ouverts par la Ligue navale.

Mais ce sera la mer qui nous donnera les réponses, cette nature amicale et hostile, qui ne cesse de nous rappeler notre véritable dimension.

5/5 (Examen 1)

1 commentaire dans "Journal de bord, depuis la terre"

Laisser un commentaire