Journal de bord, 29 d'octobre

Nous sommes à la hauteur des Perquerolles et à l'horizon, une tourelle. Ce doit être l’un des sous-marins nucléaires français de la base marine de Toulon

Octobre 29 - Mer plate, petit vent. Nous naviguons près Porquerolles, la plus grande des îles de l'archipel de Hyerès.

À 1971, l’État français a acheté 80% de l’île pour la convertir en un parc de protection complet, l’actuel parc national de Port-Cros.

À bord du Bamboo, l’atmosphère est calme, même le seul «terrien» de l’équipage, qui, le premier jour, a dû lutter contre les vertiges, s’est maintenant adapté.

La beauté de Porquerolles remplit le cœur. Et c'est une beauté qui entoure, calme, enchante.

"Regardez ... un sous-marin!" Le signal arrive soudainement. Cela a l'effet d'un réveil soudain d'un beau rêve.

Mais comment? Nous naviguions dans une mer de beauté et soudain il y a une silhouette noire qui court tout droit est-sud-est.

Une silhouette menaçante, avec sa tourelle émergeant des vagues.

Nous saisissons nos téléphones portables pour prendre des photos, puis affichons le drapeau de mars avec l’absurde prétention d’essayer de tirer avec la tourelle en arrière-plan.

Une image qui dit: nous sommes ici et nous ne voulons pas de cela en Méditerranée. L’intention est bonne, mais le sous-marin navigue très vite et nous l’avons à l’arrière. Trop loin.

Nous sommes près de Toulon, la base des sous-marins nucléaires français

«Nous sommes proches de Toulon, la base des sous-marins nucléaires français. Qui sait où cela se passe? »Demande Alexander, tandis que la silhouette sombre disparaît derrière nous.

En fait, à Toulon, se trouve la plus grande base de la marine française qui abrite les sous-marins d’attaque nucléaire, le SNA. Le premier a été livré en 1983, puis dans dix ans, cinq autres sont arrivés.

Actuellement, sur les six sous-marins nucléaires, deux sont en réparation et deux sont dédiés à la protection de la dissuasion nucléaire.

Deux autres sont engagés dans des missions classiques, y compris la protection du groupe aérien et maritime.

Pour compenser le vieillissement de l'arsenal nucléaire naval, la France a lancé en juillet dernier, Suffren, le premier des six nouveaux sous-marins d'attaque nucléaire de la classe Barracuda. Il a été construit par le colosse Naval Group, qui a signé une importante opération avec l'Italien Fincantieri.

À la tombée de la nuit, nous commentons ces informations entre nous et nous ne nous laissons pas emporter un instant par le découragement lié aux traités internationaux sur le désarmement nucléaire.

Les ministères des affaires étrangères du monde sont pleins de bonnes intentions qui ont été laissées sur du papier humide.

En 1995, les états méditerranéens ont signé la déclaration de Barcelone

Dans 1995, les États méditerranéens ont signé la Déclaration de Barcelone, censée être l'acte fondateur du partenariat mondial entre l'Union européenne (UE) et douze pays du sud de la Méditerranée.

Le but de l'association est de faire de la Méditerranée un espace commun de paix, de stabilité et de prospérité, en renforçant le dialogue
coopération politique et de sécurité, économique et financière et relations sociales et culturelles.

Les objectifs sont les suivants: "promouvoir la sécurité régionale, éliminer les armes de destruction massive, adhérer aux régimes de non-prolifération nucléaire internationaux et régionaux, ainsi qu'aux accords de désarmement et de maîtrise des armements".

Nous avons à bord deux jeunes qui n'étaient pas encore nés à 1995, d'autres marins qui étaient déjà plus que des adultes cette année-là.

En résumé, la déclaration a été transmise en vain pendant au moins deux générations. En y réfléchissant, les bras tombent. Et ce n'est pas fini.

Le premier traité international pour l'interdiction des armes nucléaires a été signé à 2017

Le premier traité international contraignant pour l'interdiction des armes nucléaires a été signé dans le monde entier à 2017.

Signé par les pays 79, il comporte une clause (article 15) qui en fait un point d'ancrage: le traité n'entrera en vigueur que lorsqu'il sera ratifié par les États 50.

À l'heure actuelle, seuls les États 33 l'ont ratifié. L'Italie n'est pas parmi eux. France, beaucoup moins.

"Comparativement à d'autres traités, les ratifications 33 sont déjà arrivées en deux ans seulement", a déclaré Alessandro.

Oui, mais les signatures 17 manquantes pour l'entrée en vigueur de la TPAN.

Le mistral est arrivé, la navigation de nuit vers Marseille s'annonce difficile

Pendant ce temps, le vent se lève et la mer s'agite. Le mistral est arrivé, la navigation de nuit vers Marseille s'annonce difficile. Le capitaine organise les quarts de quart.

Contrairement aux traités internationaux sur le désarmement nucléaire, les changements de surveillance prennent effet immédiatement et sont opérationnels dès leur élaboration.

Alors que le premier quart se prépare, un bruit se fait entendre à l’avant: la nuit, un dauphin saute hors de l’eau et nage quelques minutes à bord du navire.

Les expressions d'étonnement, de joie et de joie commencent. Le dauphin, le protecteur de l'équipage selon la légende, est toujours une rencontre incroyable. Peu importe le nombre que vous avez vu: chaque fois, c'est comme la première.

C'est sombre. Le bambou avance résolument dans les vagues avec ses petits feux de navigation.

L'équipage a encore deux images: le sous-marin et le dauphin. Deux images de la Méditerranée, l’une parle de la mort, l’autre de la vie.

5/5 (Examen 1)

1 commentaire sur "Journal de bord, 29 octobre"

Laisser un commentaire