Lettre pour un monde sans violence

La "Charte pour un monde sans violence" est le résultat de plusieurs années de travail d'individus et d'organisations qui ont remporté le prix Nobel de la paix. Le premier projet a été présenté lors du septième sommet du prix Nobel à 2006 et la version finale a été approuvée lors du huitième sommet en décembre de 2007 à Rome. Les points de vue et les propositions sont très similaires à ceux que nous voyons ici en mars.

La 11 de novembre de 2009, lors du dixième Sommet mondial tenu à Berlin, les lauréats du prix Nobel de la paix ils ont présenté la Charte pour un monde sans violence aux promoteurs du mouvement Marche mondiale pour la paix et la non-violence Ils agiront en tant qu'émissaires du document dans le cadre de leurs efforts pour sensibiliser le monde à la violence. Silo, fondateur de l'humanisme universaliste et source d'inspiration pour la Marche mondiale, a parlé de la Signification de paix et de non-violence à cette époque.

Lettre pour un monde sans violence

La violence est une maladie prévisible

Aucun État ni aucun individu ne peut être en sécurité dans un monde incertain. Les valeurs de la non-violence ont cessé d'être une alternative pour devenir une nécessité, tant dans les intentions que dans les pensées et les actions. Ces valeurs sont exprimées dans leur application aux relations entre États, groupes et individus. Nous sommes convaincus que l'adhésion aux principes de la non-violence introduira un ordre mondial plus civilisé et pacifique, dans lequel un gouvernement plus juste et efficace pourra être mis en place, respectueux de la dignité humaine et du caractère sacré de la vie elle-même.

Nos cultures, nos histoires et nos vies individuelles sont interconnectées et nos actions sont interdépendantes. Aujourd'hui plus que jamais, nous pensons faire face à une vérité: notre destin est commun. Ce destin sera déterminé par nos intentions, nos décisions et nos actions d'aujourd'hui.

Nous sommes fermement convaincus que la création d’une culture de la paix et de la non-violence est un objectif noble et nécessaire, même s’il s’agit d’un processus long et difficile. Affirmer les principes énoncés dans cette Charte est une étape d’une importance vitale pour garantir la survie et le développement de l’humanité et réaliser un monde sans violence. Nous, personnes et organisations récompensées par le prix Nobel de la paix,

Réaffirmant notre attachement à la Déclaration universelle des droits de l'homme,

Concerné à la nécessité de mettre fin à la propagation de la violence à tous les niveaux de la société et, surtout, aux menaces qui menacent globalement l'existence même de l'humanité;

Réaffirmant cette liberté de pensée et d'expression est à la base de la démocratie et de la créativité;

Reconnaissant que la violence se manifeste sous différentes formes: conflit armé, occupation militaire, pauvreté, exploitation économique, destruction de l'environnement, corruption et préjugés fondés sur la race, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle;

Réparation que la glorification de la violence, telle qu'elle s'exprime dans le secteur du divertissement, peut contribuer à faire de la violence une condition normale et admissible;

Convaincu que les plus touchés par la violence sont les plus faibles et les plus vulnérables;

En tenant compte cette paix n'est pas seulement l'absence de violence, mais également la présence de la justice et le bien-être de la population;

Considérant qu'une reconnaissance insuffisante de la diversité ethnique, culturelle et religieuse de la part des États est à l'origine d'une grande partie de la violence qui existe dans le monde;

Reconnaissant l'urgence de développer une approche alternative de la sécurité collective basée sur un système dans lequel aucun pays ou groupe de pays ne devrait posséder d'armes nucléaires pour sa propre sécurité;

Conscient que le monde a besoin de mécanismes mondiaux efficaces et de pratiques non violentes de prévention et de règlement des conflits, et que ceux-ci ont plus de succès lorsqu'ils sont adoptés le plus tôt possible;

Affirmant que les détenteurs du pouvoir ont la plus grande responsabilité de mettre fin à la violence, où qu'elle se manifeste, et de la prévenir lorsque cela est possible;

Convaincu que les principes de la non-violence doivent triompher à tous les niveaux de la société, ainsi que dans les relations entre les États et les individus;

Nous appelons la communauté internationale à favoriser le développement des principes suivants:

  1. Dans un monde interdépendant, la prévention et la cessation des conflits armés entre États et au sein même des États exigent une action collective de la part de la communauté internationale. Le meilleur moyen de garantir la sécurité des différents États est de faire progresser la sécurité humaine mondiale. Cela nécessite de renforcer la capacité de mise en œuvre du système des Nations Unies et celle des organisations de coopération régionale.
  2. Pour réaliser un monde sans violence, les États doivent toujours respecter la légalité et respecter leurs accords juridiques.
  3. Il est essentiel de procéder sans plus attendre à l'élimination vérifiable des armes nucléaires et des autres armes de destruction massive. Les États qui possèdent de telles armes doivent prendre des mesures concrètes en faveur du désarmement et adopter un système de défense qui ne soit pas fondé sur la dissuasion nucléaire. Parallèlement, les États doivent s’efforcer de consolider un régime de non-prolifération nucléaire, tout en renforçant les vérifications multilatérales, en protégeant les matières nucléaires et en procédant au désarmement.
  4. Pour réduire la violence dans la société, la production et la vente d’armes légères doivent être réduites et rigoureusement contrôlées aux niveaux international, national, régional et local. En outre, les accords internationaux sur le désarmement, tels que le Traité d’interdiction des mines 1997, doivent être appliqués intégralement et universellement, et il faut appuyer les nouveaux efforts visant à éliminer l’impact des armes aveugles et activées. victimes, telles que les armes à sous-munitions.
  5. Le terrorisme ne peut jamais être justifié, car la violence génère de la violence et parce qu'aucun acte de terrorisme contre la population civile d'un pays ne peut être commis au nom de quelque cause que ce soit. La lutte contre le terrorisme ne peut toutefois justifier la violation des droits de l'homme, du droit international humanitaire, des normes de la société civile et de la démocratie.
  6. Mettre fin à la violence domestique et familiale nécessite un respect inconditionnel de l'égalité, de la liberté, de la dignité et des droits des femmes, des hommes et des enfants, de la part de tous les individus et institutions de l'État, de la religion et de la société. société civile. Ces tutelles devraient être incorporées dans les lois et les conventions locales et internationales.
  7. Chaque individu et chaque État partagent la responsabilité de prévenir la violence à l'égard des enfants et des jeunes, qui représentent notre avenir commun et notre bien le plus précieux, et qui promeuvent les opportunités en matière d'éducation, d'accès aux soins de santé primaires, à la sécurité personnelle et à la protection sociale. et un environnement favorable qui renforce la non-violence en tant que mode de vie. L’éducation en paix, qui encourage la non-violence et l’accent mis sur la compassion en tant que qualité innée de l’être humain, doit faire partie intégrante des programmes éducatifs à tous les niveaux.
  8. Prévenir les conflits résultant de l'épuisement des ressources naturelles, en particulier des ressources en eau et en énergie, impose aux États de jouer un rôle actif et de mettre en place des systèmes et modèles juridiques dédiés à la protection de l'environnement et d'encourager le confinement des ressources. sa consommation en fonction de la disponibilité des ressources et des besoins humains réels
  9. Nous appelons les Nations Unies et ses États membres à promouvoir une reconnaissance significative de la diversité ethnique, culturelle et religieuse. La règle d'or d'un monde non violent est la suivante: "Traitez les autres comme vous voudriez être traité."
  10. Les principaux instruments politiques nécessaires pour créer un monde non violent sont des institutions démocratiques efficaces et un dialogue fondé sur la dignité, la connaissance et l'engagement, conduits dans le respect de l'équilibre entre les parties, et tenant compte, le cas échéant, des facteurs suivants: aspects de la société humaine dans son ensemble et de l’environnement naturel dans lequel elle vit.
  11. Tous les États, institutions et individus doivent soutenir les efforts visant à surmonter les inégalités dans la répartition des ressources économiques et à résoudre les grandes inégalités qui créent un terrain fertile pour la violence. La disparité des conditions de vie entraîne inévitablement un manque d'opportunités et, dans de nombreux cas, une perte d'espoir.
  12. La société civile, y compris les défenseurs des droits de l'homme, les pacifistes et les défenseurs de l'environnement, doit être reconnue et protégée comme un élément essentiel de la construction d'un monde non violent, tout comme tous les gouvernements doivent servir leurs propres citoyens et non les citoyens. en face. Des conditions doivent être créées pour permettre et encourager la participation de la société civile, en particulier des femmes, aux processus politiques aux niveaux mondial, régional, national et local.
  13. En mettant en pratique les principes de cette Charte, nous nous tournons vers nous tous afin de travailler ensemble pour un monde juste et meurtrier, dans lequel tout le monde a le droit de ne pas être tué et, en même temps, le devoir de ne pas tuer a personne.

Signatures de la Charte pour un monde sans violence

pour remédier à toutes les formes de violence, nous encourageons la recherche scientifique dans les domaines de l'interaction et du dialogue humains et nous invitons les communautés académiques, scientifiques et religieuses à nous aider dans la transition vers une société non violente et non meurtrière Signez la Charte pour un monde sans violence

Les prix Nobel

  • Mairead Corrigan Maguire
  • Sa Sainteté le Dalaï Lama
  • Mikhail Gorbatchev
  • Lech Walesa
  • Frederik Willem De Klerk
  • Archevêque Desmond Mpilo Tutu
  • Jody Williams
  • Shirin Ebadi
  • Mohamed ElBaradei
  • John Hume
  • Carlos Filipe Ximenes Belo
  • Betty Williams
  • Muhammad Yanus
  • Wangari Maathai
  • Médecins internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire
  • Croix Rouge
  • Agence internationale de l'énergie atomique
  • American Friends Service Committee
  • Bureau international de la paix

Partisans de la Charte:

Institutions:

  • Gouvernement basque
  • Municipalité de Cagliari, Italie
  • Province de Cagliari, Italie
  • Municipalité de Villa Verde (OR), Italie
  • Municipalité de Grosseto, Italie
  • Municipalité de Lesignano de 'Bagni (PR), Italie
  • Municipalité de Bagno a Ripoli (FI), Italie
  • Commune de Castel Bolognese (RA), Italie
  • Municipalité de Cava Manara (PV), Italie
  • Municipalité de Faenza (RA), Italie

Organisations:

  • Peace People, Belfast, Irlande du Nord
  • Association Mémoire Collettiva, Association
  • Hokotehi Moriori Trust, Nouvelle Zélande
  • Monde sans guerres et sans violence
  • Centre mondial d'études humanistes (CMEH)
  • La Communauté (pour le développement humain), Fédération mondiale
  • Convergence des cultures, Fédération mondiale
  • Fédération internationale des partis humanistes
  • Association "Cádiz pour la non-violence", Espagne
  • Fondation internationale Femmes pour le changement (Royaume-Uni, Inde, Israël, Cameroun, Nigéria)
  • Institut pour la paix et les études laïques, Pakistan
  • Association Assocodecha, Mozambique
  • Fondation Awaz, Centre pour les services de développement, Pakistan
  • Eurafrica, Association multiculturelle, France
  • Jeux de la paix UISP, Italie
  • Moebius Club, Argentine
  • Centro per lo sviluppo creative “Danilo Dolci”, Italie
  • Initiative européenne Centro Studi ed, Italie
  • Global Security Institute, États-Unis
  • Gruppo Emergency Alto Casertano, Italie
  • Société bolivienne d'origami, Bolivie
  • Il sentiero Dharma, Italie
  • Gocce di fraternità, Italie
  • Fondation Aguaclara, Venezuela
  • Associazione Lodisolidale, Italie
  • Collectif d'éducation aux droits de l'homme et de prévention active des conflits, Espagne
  • ETOILE.COM (Agence Rwandaise d'Edition, de Recherche, de Presse et de Communication), Rwanda
  • Organisation de la jeunesse des droits de l'homme, Italie
  • Athénée de Petare, Venezuela
  • Association d'éthique des CÉGEP de Sherbrooke, Québec, Canada
  • Fédération des institutions privées de protection de l'enfance, de la jeunesse et de la famille (FIPAN), Venezuela
  • Centre Communautaire Jeunesse Unie de Parc Extension, Québec, Canada
  • Médecins pour la survie mondiale, Canada
  • UMOVE (mères unies contre la violence partout), Canada
  • Graging Raging, Canada
  • Vétérans contre les armes nucléaires, Canada
  • Centre d'apprentissage transformateur, Université de Toronto, Canada
  • Promoteurs de la paix et de la non-violence, Espagne
  • ACLI (Associazioni Cristiane Lavoratori Italiani), Italie
  • Legautonomie Veneto, Italie
  • Istituto Buddista Italiano Soka Gakkai, Italie
  • UISP Lega Nazionale Attività Subacquee, Italie
  • Commission Giustizia e Pace di CGP-CIMI, Italie

Notable:

  • M. Walter Veltroni, ancien maire de Rome, Italie
  • M. Tadatoshi Akiba, président de Mayors for Peace et maire d'Hiroshima
  • M. Agazio Loiero, Gouverneur de la région de Calabre, Italie
  • MS Swaminathan, ancienne présidente des conférences Pugwash sur la science et les affaires mondiales, organisation du prix Nobel de la paix
  • David T. Ives, Institut Albert Schweitzer
  • Jonathan Granoff, président du Global Security Institute
  • George Clooney, acteur
  • Don Cheadle, acteur
  • Bob Geldof, chanteur
  • Tomás Hirsch, porte-parole de l'Amérique latine sur l'humanisme
  • Michel Ussene, porte-parole de l'humanisme pour l'Afrique
  • Giorgio Schultze, porte-parole de l'humanisme pour l'Europe
  • Chris Wells, président de Humanism for North America
  • Sudhir Gandotra, porte-parole de l'humanisme pour la région Asie-Pacifique
  • Maria Luisa Chiofalo, conseillère auprès de la municipalité de Pise, Italie
  • Silvia Amodeo, présidente de la fondation Meridion, Argentine
  • Miloud Rezzouki, président de l'association ACODEC, Maroc
  • Angela Fioroni, secrétaire régionale de Legautonomie Lombardia, Italie
  • Luis Gutiérrez Esparza, président du Cercle latino-américain d'études internationales (LACIS), Mexique
  • Vittorio Agnoletto, ancien membre du Parlement européen, Italie
  • Lorenzo Guzzeloni, maire de Novate Milanese (MI), Italie
  • Mohammad Zia-ur-Rehman, coordinateur national de l'AMCP-Pakistan
  • Raffaele Cortesi, maire de Lugo (RA), Italie
  • Rodrigo Carazo, ancien président du Costa Rica
  • Lucia Bursi, maire de Maranello (MO), Italie
  • Miloslav Vlček, président de la Chambre des députés de la République tchèque
  • Simone Gamberini, maire de Casalecchio di Reno (BO), Italie
  • Lella Costa, actrice, Italie
  • Luisa Morgantini, ancienne vice-présidente du Parlement européen, Italie
  • Birgitta Jónsdóttir, membre du Parlement islandais, présidente des Amis du Tibet en Islande
  • Italo Cardoso, Gabriel Chalita, José Olímpio, Jamil Murad, Quito Formiga, Agnaldo
  • Timóteo, João Antonio, Juliana Cardoso Alfredinho Penna («Front parlementaire de la Marche mondiale de la paix, Marche contre la paix et Não Violência à São Paulo»), Brésil
  • Katrín Jakobsdóttir, ministre de l'Éducation, de la Culture et des Sciences, Islande
  • Loredana Ferrara, conseillère de la province de Prato, Italie
  • Ali Abu Awwad, militant pour la paix par la non-violence, Palestine
  • Giovanni Giuliari, conseiller de la municipalité de Vicenza, Italie
  • Rémy Pagani, maire de Genève, Suisse
  • Paolo Cecconi, maire de Vernio (PO), Italie
  • Viviana Pozzebon, chanteuse, Argentine
  • Max Delupi, journaliste et chauffeur, Argentine
  • Páva Zsolt, maire de Pécs, Hongrie
  • György Gemesi, maire de Gödöllő, président des autorités locales, Hongrie
  • Agust Einarsson, recteur de l'Université de Bifröst, Islande
  • Svandís Svavarsdóttir, ministre de l'Environnement, Islande
  • Sigmundur Ernir Rúnarsson, membre du Parlement islandais
  • Margrét Tryggvadóttir, membre du Parlement islandais
  • Vigdís Hauksdóttir, membre du Parlement islandais
  • Anna Pála Sverrisdóttir, membre du Parlement islandais
  • Thráinn Bertelsson, membre du Parlement, Islande
  • Sigurður Ingi Jóhannesson, membre du Parlement islandais
  • Omar Mar Jonsson, maire de Sudavikurhreppur, Islande
  • Raul Sanchez, secrétaire aux droits de l'homme de la province de Cordoba, en Argentine
  • Emiliano Zerbini, musicien, Argentine
  • Amalia Maffeis, Servas - Cordoba, Argentine
  • Almut Schmidt, directeur du Goethe Institut, Cordoba, Argentine
  • Asmundur Fridriksson, maire de Gardur, Islande
  • Ingibjorg Eyfells, directeur d'école, Geislabaugur, Reykjavik, Islande
  • Audur Hrolfsdottir, directeur d'école, Engidalsskoli, Hafnarfjordur, Islande
  • Andrea Olivero, présidente nationale d'Acli, Italie
  • Dennis J. Kucinich, membre du Congrès, États-Unis
5/5 (Examen 1)
Partagez le!