À propos de l'entrée en vigueur du TPAN

Communication sur l'entrée en vigueur du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TPAN)

Communiqué sur l'entrée en vigueur du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TPAN) et le 75e anniversaire de la résolution 1[I] du Conseil de sécurité de l'ONU

Nous sommes confrontés au «début de l'élimination des armes nucléaires».

Le 22 janvier, le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TPAN). Il interdira expressément aux États parties de mettre au point, d’essayer, de produire, de fabriquer, d’acquérir, de posséder, de déployer, d’utiliser ou de menacer d’utiliser des armes nucléaires et d’aider ou d’encourager de tels actes. Il tentera de renforcer le droit international existant qui oblige tous les États à ne pas tester, utiliser ou menacer l'utilisation d'armes nucléaires.

pour Monde sans guerres ni violence Il faut se réjouir car désormais, il y aura vraiment un instrument juridique sur la scène internationale qui précise les aspirations qui, depuis des décennies, ont été éclipsées par de nombreux citoyens de la planète dans de nombreux pays.

Dans le préambule du TPAN, les risques posés par l'existence d'armes nucléaires et les conséquences humanitaires catastrophiques qui résulteraient de leur utilisation sont mis en évidence. Les États qui ont ratifié le Traité et ceux qui y ont adhéré soulignent ce danger et expriment par conséquent leur attachement à un monde exempt d'armes nucléaires.

À ce bon début enthousiaste, nous devons maintenant ajouter que les États qui l'ont ratifié élaborent et approuvent une législation pour mettre en œuvre l'esprit de l'accord: y compris les interdictions de transit et de financement des armes nucléaires. Seule l'interdiction de son financement, la fin des investissements dans son industrie, aurait une valeur symbolique et efficace élevée, d'une grande importance dans la course aux armements nucléaires.

Maintenant, la voie est tracée et nous espérons que le nombre de pays qui soutiennent le TPAN augmentera dans un filet imparable. Les armes nucléaires ne sont plus un symbole de progrès technologique et de puissance, elles sont désormais un symbole d'oppression et de danger pour l'humanité, tout d'abord pour les citoyens des pays eux-mêmes dotés d'armes nucléaires. Parce que les armes nucléaires «ennemies» visent avant tout les grandes villes des pays qui les possèdent, pas celles qui n'en possèdent pas.

Le TPAN a été réalisé à la suite de XNUMX ans d'activisme de désarmement nucléaire par la société civile depuis que les bombardements nucléaires d'Hiroshima et de Nagasaki ont démontré leur impact humanitaire catastrophique. Ce sont les collectifs, les organisations et les plateformes, avec le soutien des maires, des parlementaires et des gouvernements sensibilisés à cette problématique, qui ont continué à se battre ces années jusqu'à nos jours.

Au cours de toutes ces années, des mesures importantes ont été prises telles que: les traités d'interdiction des essais nucléaires, la réduction du nombre d'armes nucléaires, la non-prolifération généralisée des armes nucléaires et leur interdiction dans plus de 110 pays par le biais de zones exemptes d'armes. nucléaire (Traités de: Tlatelolco, Rarotonga, Bangkok, Pelindaba, Asie centrale exempte d'armes nucléaires, Mongolie exempte d'armes nucléaires, Antarctique, espace extra-atmosphérique et fonds marins).

Dans le même temps, il n’a pas arrêté la course aux armements nucléaires des grandes puissances.

La théorie de la dissuasion a échoué car bien qu'elle ait empêché son utilisation dans les conflits armés, l'horloge de l'apocalypse atomique (DoomsdayClock coordonnée par des scientifiques et des lauréats du prix Nobel) indique que nous sommes à 100 secondes du conflit atomique. La possibilité augmente d'année en année que les armes nucléaires soient utilisées par accident, escalade du conflit, erreur de calcul ou intention malveillante. Cette option est possible tant que les armes existent et font partie des politiques de sécurité.

Les États dotés d'armes nucléaires devront finalement accepter leurs obligations pour parvenir au désarmement nucléaire. En cela, ils ont accepté dans la première résolution des Nations Unies, la Résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies, adoptée le 24 janvier 1946 par consensus. Toujours dans l'article VI du Traité sur la non-prolifération, ils se sont engagés à œuvrer pour le désarmement nucléaire en tant qu'États parties. En outre, tous les États sont liés par des lois et des traités internationaux basés sur la coutume qui interdisent la menace ou l'utilisation d'armes nucléaires, comme l'ont affirmé la Cour internationale de justice en 1996 et le Comité des droits de l'homme des Nations Unies en 2018.

L'entrée en vigueur du TPAN et le 75e anniversaire de la résolution du Conseil de sécurité, deux jours plus tard, offrent un moment opportun pour rappeler à tous les États l'illégalité de la menace ou de l'emploi des armes nucléaires et de leurs obligations en matière de désarmement. nucléaire, et d'attirer l'attention correspondante et de les mettre en œuvre immédiatement.

Le 23 janvier le lendemain de l'entrée en vigueur du TPAN, l'organisation MSGySV partenaire de la campagne internationale ICAN réalisera une Cyberfestival culturel pour fêter "Un grand pas pour l'humanité». Ce sera une tournée de plus de 4 heures à travers certains des concerts, déclarations, activités passées et présentes, avec des artistes et des militants contre les armes nucléaires et pour la paix dans le monde.

Il est temps de mettre fin à l'ère des armes nucléaires!

L'avenir de l'humanité ne sera possible que sans armes nucléaires!

[I]Un comité d'état-major sera créé pour conseiller et assister le Conseil de sécurité dans toutes les questions relatives aux besoins militaires du Conseil pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales, l'emploi et le commandement des forces mises à sa disposition, à réglementation des armements et éventuel désarmement.

Équipe de coordination mondiale de Monde sans guerres et sans violence

Laisser un commentaire